Rennes – 23 novembre 2015

Bretagne

La famille, enjeu majeur pour les électeurs

Jean-Jacques Foucher (DLF), Marc Le Fur (LR- Modem) et Gilles Pennelle (FN), ont répondu à l’invitation de La Manif Pour Tous et partagé leur vision de la famille et leurs projets pour la région devant plus de 400 personnes.

Le mouvement citoyen de La Manif Pour Tous contribue à sa façon, et de manière inédite, au débat démocratique en organisant une série de meetingsd’un nouveau genre dans les capitales des nouvelles grandes régions avec les candidats têtes de liste de divers partis. Après Bordeaux, Lyon, Lille, Marseille et Toulouse, c’était hier soir au tour de Rennes d’accueillir les candidats à la présidence de la région Bretagne. Toutes les têtes de liste avaient été invitées. Bien évidemment, un accueil chaleureux a été réservé à ceux qui ont participé : de Jean-Jacques Foucher (DLF), Marc Le Fur (LR-Modem) et Gilles Pennel (FN). Christian Troadec (liste régionale) avait fait part d’une incompatibilité d’agenda tandis que Jean-Yves Le Drian (PS) et René Louail (EELV) n’avaient pas daigné répondre à l’invitation en dépit de l’intérêt que portent tous les Français, de gauche comme de droite, à la famille et malgré leur attachement affiché à la démocratie.

Des candidats qui s’engagent pour la famille

Chaque candidat tête de liste a répondu pendant une trentaine de minutes à une série de questions sur sa vision de la famille et sur ses propositions majeures : transports, solidarité, emploi, loisirs, culture… D’où le nom de l’événement, Questions pour un président de région. L’ordre de passage retenu était alphabétique.

C’est donc Jean-Jacques Foucher, tête de liste DLF pour la région Bretagne, qui s’est prêté au jeu en premier. Après avoir souligné que, pour lui, « la politique n’est pas un métier, mais un service », le candidat a précisé que pour lui, la famille, « c’est un père, une mère et des enfants, et des grands-parents aussi », d’où son souhait d’une « réécriture de la loi Taubira pour une union civile » en alternative. Il a fait part de son accord à l’idée de créer un « pass famille » pour faciliter la vie des familles et d’instaurer une commission régionale pour la famille et pour l’enfant. Favorable à l’égalité de tous les enfants, il est évident pour lui que les subventions scolaires doivent être les mêmes pour le public et le privé, ce qu’il met en œuvre dans la commune bretonne dont il est maire. Il souhaite, enfin, que le Conseil régional soutienne seulement les associations agissant pour l’intérêt général et donc non communautaire, d’où sa volonté « de mettre fin au financement des associations LGBT. »

Tête de liste LR-Modem pour la région, Marc Le Fur a participé par visio-conférence, étant à plusieurs centaines de kilomètres aumême moment. Après avoir indiqué que « la finalité de la politique, c’est le bien commun », le candidat a évoqué sa volonté de « fonder sa politique sur la famille » avec, par exemple, le projet de mettre en place le prêt à taux zéro pour les familles. Il a prôné « la stabilité de la famille » comme contexte le plus favorable à l’épanouissement de l’enfant. Marc Le Fur a plaidé la nécessité de « connecter la politique de la famille à celle de la jeunesse et de l’enfance. » Il est également revenu sur le débat parlementaire sur la loi Taubira auquel il avait activement participé pour défendre le mariage homme/femme et l’adoption par un père et une mère tout en encourageant le mouvement à poursuivre son action. Il s’est déclaré favorable au « réexamen de la loi Taubira. »

Pour Gilles Pennelle, candidat FN, la finalité de la politique, « c’est de protéger la société du malheur ». Selon lui aussi, « il est navrant de devoir définir la famille qui est, évidemment, un homme, une femme et plein d’enfants si c’est possible ». Il a regretté la « familiphobie du gouvernement », évoquant notamment la baisse du quotient familial. Le candidat a fait part de sa ferme volonté de « mettre fin à tout soutien des associations LGBT » en dénonçant « le financement par le conseil régional de la marche des fiertés. » Il a ensuite commenté le rapport d’initiative européen Rodriguès pro-gender et taclé les votes des autres partis sur ce texte. Il a indiqué, pour finir, son souhait d’ « abrogation de la loi Taubira », celle-ci étant « la source de toutes les dérives PMA et GPA ». Gilles Pennelle s’est également déclaré opposé au travail du dimanche, « pour préserver la famille. »

En conclusion, la Présidente de La Manif Pour Tous, Ludovine de La Rochère, s’est réjouie de cette soirée inédite et exceptionnelle parce que réunissant des candidats de divers partis politiques, tous écoutés avec intérêt et bienveillance. Soirée exceptionnelle aussi parce que des politiques se sont longuement exprimés sur la famille, sujet plébiscité par les Français, mais rarement évoqué dans les débats publics.

Les prochains meetings « Questions pour un président de région » sont prévus samedi 28 novembre à Nantes et à Paris avec d’ores et déjà les confirmations des candidats DLF, LR-UDI-Modem et FN, les autres étant en attente. A Paris, ce seront donc Valérie Pécresse, Nicolas Dupont Aignan et Wallerand de Saint Just qui répondront aux questions et aux attentes des famille. Et à Nantes, ce sont Bruno Retailleau, Pascal Gannat et Cécile Bayle de Jesse qui seront présents. Toutes les infos sur www.les-regionales.fr

 

#QPPR #QPPRRennes

#Famille #Régionales

Suivez-nous

 

Téléchargez le tract

 

 

S'inscrire à la newsletter

Avant les régionales :