Toulouse – 20 novembre 2015

Toulouse, le 21 novembre 2015

Communiqué de presse

Languedoc-Roussilon-Midi-Pyrénées

La famille s’impose dans la campagne des régionales

Dominique Reynié (LR-UDI-CPNT-Modem), Louis Aliot (FN), Damien Lempereur (DLF) et Jean-Claude Martinez (DIV) : ce sont 4 têtes de liste régionales qui ont répondu favorablement à l’invitation de La Manif Pour Tous pour partager leur vision de la famille et leurs projets pour la région devant plus de 500 personnes réunies à la Salle Jean Mermoz de Toulouse.

Grand moment d’émotion et d’unité hier soir à Toulouse avec une minute de silence en hommage aux victimes des attentats qui ensanglantent la France depuis une semaine. Introduisant le meeting organisé en présence des têtes de liste régionales, Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous s’est exprimé sur les événements tragiques que traversent la France et le monde en ce moment.

« Tout d’abord, sachez que nous avons souhaité maintenir cette soirée parce que, à l’issue du deuil, du moment de recueillement, la vie doit reprendre. S’arrêter de vivre serait une victoire pour ceux qui veulent atteindre notre pays. Nous refusons donc de nous laisser abattre » a-t-elle affirmé soulevant l’approbation de la foule. « D’autre part, vous le savez, toute notre mobilisation, depuis 3 ans, porte sur des enjeux de civilisation. Or, précisément, c’est notre civilisation que l’Etat islamique veut atteindre » a-t-elle poursuivie. « Dans ce contexte, la seule défense possible, la seule défense efficace, c’est d’assumer pleinement ce que nous sommes, notre civilisation, notre culture, notre histoire, nos racines. Il s’agit, autrement dit, de reconnaître notre filiation. Or c’est bien la famille, avant tout, qui transmet cet héritage de génération en génération ! Plus que jamais, la famille doit être défendue ! » selon la présidente de La Manif Pour Tous qui a remercié chaleureusement tous les candidats têtes de liste ayant accepté de se prêter au jeu démocratique en répondant aux interrogations de familles de la nouvelle grande région. Elle a également remercié toutes les équipes de Languedoc-Roussillon et de Midi-Pyrénées qui se sont mobilisées pour l’organisation et le succès de ce meeting.

Alors qu’un nombre grandissant de Français ont l’impression de ne pas être, ou de ne plus être, représentés par leurs élus, La Manif Pour Tous contribue à sa façon, et de manière totalement inédite, au débat démocratique afin de renforcer le lien indispensable entre la société civile et les politiques. Concrètement, elle s’invite dans la campagne des élections régionales en organisant une série de meetings dans les nouvelles grandes régions administratives avec les candidats têtes de liste. Il est important de souligner combien le mouvement social issue de l’opposition à la loi Taubira est concerné par les élections régionales. Les équipes de La Manif Pour Tous et avec elles, les militants et sympathisants du mouvement, sont donc mobilisées pour aider les politiques, et notamment celles et ceux qui vont demain présider notre région, à prendre en compte la famille et l’enfant dans toutes leurs décisions et actions. « C’est en défendant la famille, qui elle-même donne toute sa place à la personne humaine, que l’on remettra dans une juste perspective tous les domaines de la gestion de la Cité : économie, emploi, éducation, formation, solidarité, logement, sécurité, loisirs, etc. Ce sont les compétences régionales, d’où la mobilisation de La Manif Pour Tous dans cette campagne » a expliqué Ludovine de La Rochère.

 

Les candidats s’engagent pour la famille

Tous les candidats tête de liste ont répondu à une série de questions posées par Geoffroy Lejeune, journaliste politique, sur leur vision de la famille et sur leurs propositions phares pour la région : transports, solidarité, emploi, loisirs, culture… D’où le nom de l’événement, « Questions pour un président de région ».

 

Candidat tête de liste DLF pour la région de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, Damien Lempereur a ouvert la soirée en dénonçant « l’absence de certains candidats comme ceux du PS : où sont-ils ? » Il a poursuivi en partageant sa vision de la famille, « matrice de la société et pilier à défendre. » Pour lui, « la famille doit être protégée car ce sont les murs porteurs de notre société. » Il a dénoncé fermement la politique du gouvernement : « on n’a jamais autant vécu d’attaques contre la famille », il a plaidé pour « une politique de la famille nataliste. » Invité à présenter les grandes lignes de son projet pour la région, il revendique « un patriotisme économique régional. » Il veut « relocaliser les emplois et donner la priorité aux entreprises locales pour l’approvisionnement des cantines scolaires par l’agriculture locale. » Il s’est déclaré « favorable à un pass région famille, sans conditions de ressources. » Il veut « augmenter le nombre de crèches, développer l’apprentissage en simplifiant les formalités pour les entreprises. » Il se prononce « contre des menus hallal dans les cantines » et entend « simplifier la vie des personnes handicapées dans les transports en commun. » S’il n’est pas convaincu par la création d’une commission famille, Damien Lempereur souhaite organiser « des grandes assises de la familles. » Concernant les modalités d’attribution des subventions, il a été très clair : « nous ne subventionnerons pas des associations communautaristes. » Enfin, le candidat tête de liste de DLF a tenu à préciser sa position sur la loi Taubira : « nous voulons abroger la loi Taubira, c’est possible ! Nous sommes pour la réécrire de cette loi et cela passe par l’abrogation. » Damien Lempereur a dénoncé « le traitement réservé à La Manif Pour Tous par Manuel Valls », ajoutant qu’il « devra rendre des comptes devant le peuple français. » En conclusion, il a encouragé les sympathisants de La Manif Pour Tous à ne rien lâcher : « continuez votre combat pour la famille : c’est l’avenir de la France ! »

 

C’est ensuite Jean-Claude Martinez, tête de liste régionale de Force France Sud, une liste indépendante, qui a répondu aux questions et attentes des familles. Il a commencé par remercier La Manif Pour Tous pour « l’égalité de traitement entre les candidats. » Pour Jean-Claude Martinez, « la politique, ce n’est pas que de la technique. Le but de la politique, c’est la vie. » Et pour lui, « la famille est au cœur de la société. » Il a ensuite présenté son programme, « 127 points concrets pour la région. » Sur le plan économique, il souhaite rapprocher Montpellier et Toulouse à 40 minutes en TER pour doper l’activité économique de la région. Insistant sur sa volonté de « développer les liens intergénérationnels par des services aux personnes âgées en échanges d’avantages pour les jeunes », il propose de fonder « un institut de formation d’aide aux personnes âgées. » Jean-Claude Martinez souhaite « la création de maisons de retraites avec des crèches. » La lutte contre la drogue chez les jeunes est pour lui une priorité : « il faut désherber les lycées » a t-il déclaré, dans un style qui n’a pas manqué de provoquer des rires dans la salle tout au long de son intervention. « Si Madame Delga (NDLR : tête de liste PS-PRG) est élue présidente de la région, c’est bien la preuve de l’existence de Dieu » a-t-il conclu.

Candidat tête de liste LR-UDI-CPNT-Modem, Dominique Reynié a commencé son intervention en rendant hommage aux victimes des attentats. Il a ensuite dénoncé « la crise profonde » qui traverse notre société et qui est à l’origine de son engagement en politique : « je ne peux pas continuer à expliquer que le monde va mal sans y prendre ma part. » C’est pourquoi Dominique Reynié est passé de spectateur et commentateur de la politique au statut d’homme politique. « Je suis né dans une famille catholique Et je porte l’amour de la vie » a déclaré le candidat à la présidence de la région. « La France est au bord d’une rupture qui peut être fatale. Notre société est menacée par la fragilisation et le délitement de son noyau essentiel : la famille » a-t-il poursuivi. « La famille est déstructurée : il faut être capable d’y apporter une réponse. » Présentant les grandes lignes de son projet pour la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, il a évoqué le développement économique et le développement du lien intergénérationnel. Pour lui, tout est clair : « mon projet est en ligne : ce que je dis, je le ferai. Je ne crains pas de perdre, je crains de décevoir. » Dominique Reynié a confirmé sa volonté de « créer un commission famille au conseil régional car toute politique publique doit prendre en compte les familles. » Soulignant que « la région doit faire des lycées des lieux de vie où la famille est présente », il a clairement expliqué vouloir « assurer la sécurité dans les lycées en luttant contre les violences à l’école et le racket par la vidéoprotection. » Interrogé sur l’attribution des subventions, il « regrette le manque de transparence d’attribution des subventions régionales et veut y remédier s’il est élu. 250 millions d’euros de subventions non stratégiques sont distribués dans la plus grande opacité. Les subventions régionales doivent servir au petit peuple local. » Dominique Reynié a rappelé avoir pris position « en faveur de la loi sur le mariage pour tous » tout en précisant « s’être opposé à la répression des manifestants. » Il regrette le manque de dialogue du côté du gouvernement et appelle à poursuivre le débat sur le mariage et la famille : « nous devons réfléchir ensemble et bâtir un débat consensuel. » Revenant aux enjeux électoraux, il espère « réunir une majorité d’électeurs sur un maximum de points de son programme mais n’attend pas l’unanimité » puisque selon lui, « une majorité ne peut être d’accord sur tous les sujets pour gagner. » S’adressant aux familles et aux sympathisants de La Manif Pour Tous, il a clairement fait part de son « opposition à l’enseignement de la théorie du genre. »

Louis Aliot, vice président du Front National et tête de liste pour les élections régionales a tenu à rappeler en introduction que « ce qui fonde mon combat c’est la nation, la famille et la vie de la conception à la mort naturelle. Ce qui caractérise un patriote et un nationaliste que je suis, c’est s’engager pour son pays. » Pour lui, « la famille est un enjeu pour la région. » Son modèle familial, « c’est celui dit traditionnel partagé par la majorité des Français. » Louis Aliot a également rappelé avoir signé la charte de La Manif Pour Tous lors des dernières élections municipales. Concernant son projet pour la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, il s’est déclaré « en faveur d’une commission famille incluant tout ce qui concerne le handicap. » Sur la question des lycées, il souhaite « défendre l’égalité entre l’enseignement public et privé sans aucune discrimination idéologique. » Pour le candidat tête de liste FN, « la devise liberté, égalité, fraternité doit également s’appliquer aux lycées privés. » Il souhaite « faire de la lutte contre la drogue une priorité régionale avec une politique spécifique. » Louis Aliot s’est également déclaré opposé à la théorie du genre qu’il qualifie de « fumeuse. » Sur les subventions, il estime que « la fusion des régions va permettre de faire un grand ménage dans les subventions. Il faut se concentrer sur les grandes compétences de la région et arrêter de subventionner les associations des copains. Le clientélisme doit être supprimé. » Enfin, il a dénoncé la politique européenne qui attaque la famille. « Après avoir perdu la nation, si nous perdons le débat sur la famille, c’est la fin de notre civilisation ! » a-t-il déclaré. S’adressant en conclusion aux sympathisants de La Manif Pour Tous, il a rappelé une nouvelle fois que « la famille est primordiale pour la nation. Vous devez rester indépendant et hors des partis politique, y compris le Front National. »

 

Donnant rendez-vous aux électeurs de la région les 6 et 13 décembre, les organisateurs ont conclu sur un appel pressant à la mobilisation et à la lutte contre le fléau de l’abstention. Les prochains meetings « Questions pour un président de région » auront lieu à Rennes (23/11), Nancy (27/11), Nantes et Paris (28/11).

 

#QPPR #QPPRToulouse

#Famille #Régionales

 

Suivez-nous 

 

    Téléchargez le tract

Tract Toulouse R         Tract Toulouse V

 

S'inscrire à la newsletter

Avant les régionales :