Enjeux des élections régionales des 6 et 13 décembre 2015

La famille est plébiscitée par les Français, et en particulier par les jeunes, dans tous les sondages s’y rapportant.

Carrefour entre la différence des sexes et la différence des générations, la famille est aussi l’articulation entre la personne et la société. Lieu d’accueil et d’éducation des enfants, lieu de dignité et de solidarité, rempart contre l’individualisme et la solitude, la famille est un amortisseur social irremplaçable. Elle est, enfin, le moteur de l’économie et la source du financement des retraites de demain. La famille, c’est le présent et l’avenir de la société !

La famille, comme cellule de base de la société, est impactée, directement ou indirectement, par toute action politique, qu’elle soit locale, régionale ou nationale.

Ainsi, même si la famille ne fait pas explicitement partie des compétences de la région, elle est très fortement intéressée par les élections régionales.

En outre, le Président de région et ses conseillers ont un rôle national puisqu’ils sont tous grands électeurs au moment des élections sénatoriales.

Les enjeux qui concernent la famille sont majeurs, pour aujourd’hui et pour demain :

D’abord parce que la famille est en crise, comme l’attestent notamment la baisse du nombre d’unions ou encore l’augmentation du nombre des séparations, celle du nombre d’enfants placés et celle du nombre de foyers monoparentaux. Les coûts humains, sociaux et économiques liés à ces situations touchent aussi bien les personnes que la collectivité dans son ensemble.

En outre, comme l’indique la baisse récente du taux de natalité[1], ces difficultés sont d’autant plus importantes que les familles subissent la double peine : elles pâtissent non seulement de la situation actuelle (chômage, logement, éducation, fiscalité…), mais aussi des mesures anti-familles du Pouvoir en place, dont les classes moyennes sont les premières à faire les frais : réduction d’un tiers de la durée du congé parental, nouvelle baisse du plafond du quotient familial, modulation des allocations familiales, fiscalisation de la majoration de pensions pour les couples ayant élevé 3 enfants ou plus, etc.

Plus fondamentalement, les Français subissent depuis 3 ans la déconstruction idéologique de la famille avec le déni de la différence des sexes et la confusion père-mère, paternité-maternité, ceci ayant entraînté le déni du besoin et du droit de l’enfant à être élevé, dans la mesure du possible, par son père et sa mère. En d’autres termes, la loi Taubira d’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de personnes de même sexe ne respecte ni l’intérêt supérieur de l’enfant ni la réalité de notre humanité. A cela s’est ajoutée la volonté des ministres Vincent Peillon puis Najat Vallaud-Belkacem, méprisant largement la responsabilité parentale et l’intimité des enfants, d’intervenir auprès des élèves dès le plus jeune âge,  pour les « arracher au déterminisme (…) familial » et remettre en cause leur identité sexuelle.

Dans ce contexte, il y a urgence à agir, à tous les niveaux, y compris régional, pour le respect de l’intérêt supérieur de l’enfant et de la responsabilité parentale.

Les 6 et 13 décembre prochains, les électeurs français sont appelés à élire leur président de région et ses conseillers.

Les domaines de compétences de la région sont considérables : emploi, formation, social, santé, culture, enseignement secondaire, événements, communication, subventions, transport, etc.

Cependant, les électeurs ne voient pas tous l’importance déterminante des élections régionales, d’où un taux d’abstention malheureusement élevé.

D’autre part, un grand nombre d’électeurs ne savent pas encore, à quelques semaines des élections, pour qui voter.

Ils sont donc très désireux d’entendre de vive voix chacun des candidats sur ses priorités en politique, sa conception de la responsabilité politique, son projet pour la région et ses propositions concrètes en lien, direct ou indirect, avec la famille.

C’est pourquoi La Manif Pour Tous organise, du 30 octobre (à Bordeaux) au 28 novembre (à Paris), des meetings dans les capitales des nouvelles régions, auxquels tous les candidats-têtes de liste sont invités.

[1] http://www.insee.fr/fr/bases-de-donnees/bsweb/doc.asp?idbank=000436392

I am raw html block.
Click edit button to change this html

Avant les régionales :

 

S’inscrire à la newsletter